Super User

Super User

Sabato, 17 Aprile 2021 14:46

Volumes en préparation

- L'anomalie

- Le musée imaginaire des écrivain.e.s contemporain.e.s

Sabato, 17 Aprile 2021 14:33

Dimitri Bortnikov

DIMITRI BORTNIKOV

Un Russe en littérature française

Valentina Pinto

Préface de Marie Thérèse Jacquet
Quodlibet Studio. Lettere. Ultracontemporanea
Critica e storia della letteratura

ISBN 9788822905482
2021, pp. 144
140x215, brossura

 

IL LIBRO

En tant que phénomène aux formes variées et changeantes qui transcendent toute velléité de catégorisation, le multilinguisme littéraire interroge de près le critique. L’attention de ce volume se porte en particulier sur les textes de Dimitri Bortnikov, écrivain russe qui a choisi de fonder son acte créatif dans sa langue d’adoption, le français. L’auteur explore celle-ci sans renoncer à son extranéité slave fondamentale et parvient à une forme de francité toute à lui qu’il définit comme « ablouie ». Quand, à propos de ses romans et de lui-même, il déclare : « Après une page de Face au Styx vous pouvez lire tout ce que vous voulez. Un vrai écrivain, un vrai Rimbaud, doit essayer de rendre les autres écrivains lisibles », il est impossible de ne pas se sentir intrigué par le défi qu’il pose au lecteur. Des romans indéchiffrables ? Certainement labyrinthiques, extrapolés du plus profond des trésors de l’inconscient, des trésors qui nourrissent un style insolite et cinglant, caractérisé par des dynamitages à tous les niveaux. Le résultat ? Un roman des incertitudes où chaque élément non seulement se charge d’un imaginaire particulièrement fécond et acquiert la matérialité de l’expérience corporelle mais devient un dispositif critique qui permet de saisir la complexité du monde. Notre exploration des espaces d’opacité créés par l’anomalie de l’écriture de Dimitri Bortnikov se veut une contribution au débat littéraire français sur un auteur inconnu tout à fait singulier.

 

INDICE

Marie Thérèse Jacquet, De la nécessité des tsunamis

« En fait, le style, c’est la magie »
Quelques traces d’un auteur discret
1. L’écrivain de l’Est qui fait perdre le Nord
    1.1. Une œuvre ridée
    1.2. La temporalité : quand la page devient tridimensionnelle
    1.3. Une simple spatialité ou un hyperespace ?
2. Les personnages flocons de neige
    2.1. La fente sur la glace
    2.2. Entre appartenance et non appartenance
        2.2.1. Dimitri ou le chaos du migrant
        2.2.2. Nina ou l’invisibilité des handicapés
        2.2.3. Samouraï et Babyl ou l’imprévisibilité des fous
        2.2.4. Les parents de Dimitri ou la scission des immoraux
        2.2.5. Ivan Ivanovitch ou l’instabilité des clochards
        2.2.6. La mise à distance
3. L’art du dynamitage permanent
    3.1. La vision perturbatrice
    3.2. Les labyrinthes de l’intériorité : le monologue intérieur
        3.2.1. La scission de soi : Dimitri et Dimitrius
        3.2.2. L’évocation des parents défunts
    3.3. La ponctuation : ordre ou dissolution ?
        3.4. L’autosimilarité dans la métaphore
        3.5. Le néologisme : l’art de saisir ce qui est sous les yeux
        3.6. L’interpellation du lecteur
        3.7. L’égarement du lecteur
        3.8. Quand la contiguïté défie la juxtaposition
Dimitri Bortnikov, une écriture fractale
Bibliographie

 

L'AUTORE

 

Valentina Pinto, laureata in Lingue e Letterature moderne, fa parte del Groupe de Recherche sur l’Extrême Contemporain (GREC) dell’Università di Bari. Ha collaborato, in particolare, al progetto di ricerca sugli adolescenti con un articolo sulla Trilogia della città di K. di Agota Kristof.

 

Sabato, 17 Aprile 2021 14:11

AdolescenceS

AdoloscenceS.

A cura di Marie Thérèse Jacquet
Quodlibet Studio. Lettere. Ultracontemporanea
Critica e storia della letteratura

ISBN 9788822905499
2021, pp. 208
140x215, brossura

 

IL LIBRO

Pour les adultes que nous sommes, l’adolescence se présente comme un âge perdu, et, en tant que tel, ne peut que susciter curiosités, interrogations, désir de récupération de cet autre, voire de ce semblable que nous avons été.
Mais ce passage se fait difficile à saisir car il se révèle extrêmement varié : incertain dans ses limites temporelles, dans ses manifestations largement individuelles, souvent problématiques à cerner et à encadrer, plus peut-être que toute autre manifestation humaine, et ce, jusque dans ses caractéristiques les plus récentes, tout à fait particulières, qui vont se diffusant. Face aux difficultés de la science pour appréhender cette phase de nos existences, c’est sans doute l’art qui se révèle le plus apte à en pénétrer la spécificité si atypique. Évoquer l’adolescence ou plutôt les adolescences en littérature aujourd’hui – car peut-être faut-il oser n’utiliser ce substantif qu’au pluriel – signifie donc laisser s’installer dans les mots, s’y inscrire des êtres, des événements, des impressions, des sentiments, autrement dit un vécu qui habite loin derrière nous, un vécu en partie perdu, en partie flou, en partie remanié, avec, à disposition, plus ou moins de documentation et de témoignages, eux aussi, peu ou prou sujets à caution. Autant de nourriture pour le geste créateur qui devra s’en emparer et le transformer en un bien commun, en creusant une opacité, un indicible autour desquels tourne, travaille, se projette, se condense l’écriture : par sa capacité à accueillir et à décliner ambiguïtés, pluralités, obscurités, errances, folies, la littérature nous consent probablement, certes à sa manière, de faire (re)vivre une si étrange période.

 

INDICE

Marie Thérèse Jacquet, Écrire d’un temps enfoui
Josué Guébo, Des ailes pour deux chenilles
Marinella Termite, « Brûleurs de routes », brûleurs d’âges : la mue selon Boualem Sansal
Sobre Daniela Astor y la caja negra. Carmen Valcárcel dialoga con Marta Sanz
Concepción Martín Huertas, «Cómo calzarse la palabra mujer»: Daniela Astor y la caja negra y La lección de anatomía de Marta Sanz
Autour de Clèves. Yves Baudelle dialogue avec Marie Darrieussecq
Yves Baudelle, Clèves de Marie Darrieussecq : une vision carnavalesque de l’adolescence féminine
Autour de L’art de perdre. Rocío Murillo González dialogue avec Alice Zeniter
Valeria Gramigna, Adolescences dans quelques pages d’aujourd’hui : Maylis de Kerangal et Claudine Galea
Intorno al Tempo materiale. Enzo Mansueto dialoga con Giorgio Vasta
Enzo Mansueto, Vasta-Burns: il terrorismo e i silenzi dell’adolescenza
Aliona Gloukhova, Chien ciel d’août
Valentina Pinto, J’écris donc je suis : le mensonge des mots dans La Trilogie des jumeaux d’Agota Kristof
Résumés
Index des noms

Martedì, 21 Gennaio 2020 10:33

Galerie Prix Murat 2019

Retrouvez toutes les photos de la 10ème édition du Prix Murat.
De la présentation des romans en octobre 2018 à la remise du prix en octobre 2020.
Une année de travail en images!
Rai 3 - 22.10.19
 
Martedì, 21 Gennaio 2020 09:24

AdolescenceS

En librarie le volume AdolescenceS, publié sous la direction de Marie Thérèse Jacquet dans la collection Ultracontemporanea chez Quodlibet.

 Retrouvez toutes les informations sur la journée d'études Adolescences méditerranéennes qui a eu lieu à l'Université de Bari le 3 avril 2019.

 Adolescences - affiche journée 

Venerdì, 17 Gennaio 2020 11:44

Come nasce un incipit? di Giorgio Vasta

cover  id1283 w800 t1470143324.jpg

Mercoledì 22 maggio 2019, alle ore 9.50, nell'Aula 3 del Palazzo Lingue del Dipartimento di Lettere Lingue Arti, lo scrittore Giorgio Vasta terrà il seminario su Come nasce un incipit?

Interverrà la Prof.ssa Marie Thérèse Jacquet.

Discours du Prof. Matteo Majorano lors de la cérémonie d'attribution du PRIX MURAT 2019. 

La letteratura, tra storia e libertà

 

Giovedì, 16 Gennaio 2020 14:48

Pauline Klein, La Figurante

Pauline Klein - La figurante

Pauline Klein, laureate du PRIX MURAT 2011 pour son premier roman Alice Kahn (Allia, 2010), publie chez Flammarion son nouveau texte La figurante.

Trouvez ici quelques extraits. 

Giovedì, 16 Gennaio 2020 11:01

Aliona Gloukhova, De l'autre côté de la peau

Aliona Gloukhova - De lautre cote de la peu

Aliona Gloukhova, laureate du PRIX MURAT 2019 pour son premier roman Dans l'eau je suis chez moi, publie un nouveau texte chez Verticales, De l'autre côté de la peau.

En librairie à partir du 6 fevrier 2020. Trouvez ici quelques extraits en avant première. 

Giovedì, 16 Gennaio 2020 08:10

Mots de faune

MOTS DE FAUNE.

A cura di Marinella Termite
Quodlibet Studio. Lettere. Ultracontemporanea
Critica e storia della letteratura

ISBN 9788822904447
2020, pp. 176
140x215, brossura

 

IL LIBRO

Entre terre et ciel, air et eau, les animaux ont toujours entretenu un lien fort avec les hommes, en sollicitant un imaginaire porteur d’une relation complexe et changeante au fil du temps. Aujourd’hui, la présence des bêtes permet de faire affleurer un écosystème en co-évolution où la notion de vivant exige une réflexion plus vaste. Loin des enjeux esthétiques, éthiques ou ontologiques qui font l’actualité du débat sur la question animale avec les risques d’un acharnement idéologique sans issue, il est donc opportun de s’interroger plutôt sur l’impact que les animaux – en tant que matière artistique et donc souple – peuvent avoir sur l’écriture pour dire leurs manières d’habiter le monde et d’y cohabiter – de façon plus ou moins complice – pas seulement avec les humains.

Ce recueil où les lignes d’auteurs de l’extrême contemporain croisent des études critiques explore donc les configurations possibles de l’élément naturel sur la page et essaie de redessiner des zooécritures sensibles aux mouvances de la biodiversité.

 

INDICE

Marinella Termite, Zooécritures
Marie Thérèse Jacquet, Côte à côte, tout simplement...
Louis Begioni, Les métaphores animales en français. Pour une définition psychomécanique de la métaphore
Lucile Desblache, Labourages, pâturages et autres sillons animaliers de la culture française : littérature française contemporaine et ruralité
Maryline Desbiolles, Les bœufs me regardent
Anne-Rachel Hermetet ,« Peuvent-ils souffrir ? ». L’élevage animal dans la fiction française contemporaine
Rocío Murillo González, « La vache, je t’aime tant que je te mange ». Les contradictions du régime carné dans Comme une bête de Joy Sorman
Marie Darrieussecq, Les animaux, l’insomnie
Pierre Schoentjes, « Trois rêves pour un même poisson, chacun projetant sa propre histoire ». Romans du saumon en perspective
Anne V. Cirella-Urrutia, Enfants-pêcheurs et hommes-poissons volants dans les albums de jeunesse de Dominique Mwankumi
Marinella Termite, À vol d’oiseau dans Le traquet kurde de Jean Rolin
Agnès Desarthe, Les perruches de Gif-sur-Yvette
Valeria Gramigna, D’une vérité l’autre, sur les traces des animaux : Desarthe, Haenel, Tabouret
Francis Tabouret, Statues
Résumés
Index des noms
 

Pagina 1 di 31