mercredi, 18 juillet 2018 09:53

Le sentiment végétal

Written by 
Rate this item
(0 votes)

LE SENTIMENT VÉGÉTAL. FEUILLAGES D’EXTREME CONTEMPORAIN
 

Marinella Termite.
Préface de Marie Thérèse Jacquet.
Quodlibet Studio. Lettere. Ultracontemporanea
 

ISBN 9788874626724
2014, pp. 224
140x215 mm, brossura

IL LIBRO

Pourquoi faire pousser un imaginaire végétal à l’époque de la rapidité et de l’immédiateté? Comment échapper aux pièges du virtuel et rendre solide la précarité? Loin d’une approche descriptive, symbolique ou fonctionnelle, la reconfiguration des ressources du végétal dans les lignes des écrivains d’aujourd’hui interroge de près le littéraire. Le sentiment végétal fleurit là où le vivant en danger ne peut se mettre à l’abri qu’en revenant au plus près de sa source. De l’herbier au bouquet, sans négliger l’impact avec les clairières, cette résistance met à l’épreuve la main verte de toute écriture. Elle explore sa capacité d’herboriser pour toucher l’authenticité de l’essentiel, garantie de la profondeur, propre au littéraire.
 

INDICE

 

Marie Thérèse Jacquet, Entre les feuilles

 

Dedicace

 

I. Racines

 

II. La main verte de l’écrivain

 

III. Herbier

 

1. L’écorce ou le toucher
2. Les pétales ou l’odorat
3. Le vert ou la vue
4. Le verger ou le goût
5. Le frisson des feuilles ou l’ouïe
6. La lymphe de la lumière

 

IV. Bouquet

 

1. Les arbres-livres
2. Plantes enracinées
2.1 Acacia
2.2 Bouleau
2.3 Chêne
2.4 Hêtre
2.5 Magnolia
2.6 Néflier
3. Plantes visionnaires
4. Plantes scripturales
4.1 Glycine
4.2 Flamboyant-Chêne-Glycine
5. Plantes curieuses
6. Plantes greffées
7. Plantes thérapeutiques
8. Plantes vénéneuses
9. Pour un bouquet sentimental

 

V. Clairière

 

VI. Branches

 

Bibliographie

 

1. Parterre critique

 

2. Allée des œuvres

 

 L'AUTORE

  

Marinella Termite poursuit ses recherches sur la littérature française actuelle à l’intérieur du Groupe de Recherche sur l’Extrême Contemporain (GREC) de l’Université de Bari. Elle a, entre autres, publié L’écriture à la deuxième personne. La voix ataraxique de Jean-Marie Laclavetine, préface de Marie Thérèse Jacquet (Peter Lang, Berne 2002) et Vers la dernière ligne, préface de Marie Thérèse Jacquet (B. A. Graphis, “Marges critiques/Margini criticiˮ, Bari 2006).

 

RECENSIONI

Eva Feole, « Marinella Termite, Le Sentiment végétal. Feuillages d’extrême contemporain », Studi Francesi, 177 (LIX | III) | 2015, 632.

Giulia Pacini, « Marinella Termite, Le sentiment végétal: feuillages d’extrême contemporain», The French Review, Volume 90, No. 1, October 2016, p.210.
 

Read 3428 times Last modified on jeudi, 19 juillet 2018 08:58

Leave a comment

Make sure you enter the (*) required information where indicated. HTML code is not allowed.